Voyager et travailler en Australie, est-ce possible ?

L’Australie est favorable à l’immigration économique, à la recherche constante de jeunes personnes motivées pour combler les offres d’emploi dans des secteurs définis. La diversité des paysages et la richesse naturelle attirent des milliers de personnes chaque année. L’idée de travailler tout en profitant du séjour est pertinente, voici les informations à retenir pour ceux qui souhaitent partir à l’aventure.

Quelles sont les raisons pour partir ?

Changer de cadre de travail et vivre une expérience unique est la raison principale. De plus, l’apprentissage intensif de l’anglais est un atout pour une future recherche d’emploi dans l’Hexagone puisqu’un séjour à l’étranger permet d’améliorer considérablement le niveau de langue de n’importe qui, le full immersion n’est pas une légende ! Il valorise également n’importe quel curriculum vitae.

Choisir l’Australie est bien entendu un choix relativement simple pour qui cherche de nouvelles aventures et de se déconnecter du mode de vie Européen pour quelques temps. Ce pays offre de merveilleuses perspectives de découverte et vous pourrez passer des grandes plaines sauvages aux plages infinies ou bien aux villes cosmopolites telles que Sydney ou Melbourne. De plus la mentalité des australiens n’est un secret pour personne : la cool attitude est dans leurs gènes ! Ils sont aussi très respectueux des lois et des codes, ce qui est assez agréable surtout si l’on vient d’une grande ville chaotique. Alors qu’attendez-vous ?

Quel type de visa est nécessaire ? Quelles sont les démarches et les formalités à accomplir ?

Pour voyager en travaillant en Australie, le visa Working Holiday (appelé plus communément en francais PVT ou Visa Vacance Travail) sera suffisant si vous n’avez pas l’intention de rester pour une durée indéterminée et que vous avez entre 18 et 30 ans. Il est facile à obtenir à condition de correspondre aux critères d’accès. Soit un montant sur le compte bancaire de 5000 $ AUD (pensez donc à faire des économies bien avant de partir), pas de condamnation pénale supérieure ou égale à un an, ne pas avoir contracté de maladies comme la tuberculose notamment, et avoir (bien entendu) un passeport valide pour toute la durée de votre permanence dans le pays. Le Working Holiday Visa coûte 450 $AUD soit environ 280 € et n’est accessible qu’une seule fois. Pour plus d’infos sur le visa vacances-travail en Australie, vous pouvez trouver tous les détails nécessaires et même la possibilité de faire une demande en ligne sur le site auvisa.org.

Une fois sur place et avant d’entamer une recherche professionnelle, il est obligatoire de s’inscrire au bureau des impôts dans le but d’obtenir un numéro de taxe (TFN), d’ouvrir un compte en banque et de posséder un numéro de téléphone.

Comment s’organiser pour trouver du travail ? Quels sont les types de jobs que l’on peut trouver sur place ?

Les recherches d’emplois et de logements se font par réseaux de contacts, même s’il est logiquement préférable de savoir où résider avant de partir. Les offres d’emploi circulent sur internet mais il vaut mieux appeler ou se rendre sur place. Le bouche -à-oreille est la méthode la plus efficace. Pour le « backpacker » lambda qui n’a pas d’exigences professionnelles, certains secteurs préférentiels embauchent très rapidement.

Si vous cherchez un travail qui vous donnera assez de temps pour visiter le pays (le but premier du PVT), vous pouvez vous dédier à des jobs dans la restauration ou l’hôtellerie, dans le tourisme ou dans le travail dans les fermes, qui emploient fréquemment des étrangers. De plus, les familles australiennes recherchent souvent des jeunes au pair pour s’occuper des enfants, un bon moyen d’être logé gratuitement, d’améliorer la langue et d’avoir du temps pour soi.

Laisser un commentaire